Blog EOS Formation

le billet d’humeur

L’épaule est elle « complexe » ou « un complexe » ?

par | 27 Fév, 2022 | Musculo squelétique | 0 commentaires

Pourquoi « caler » sur une épaule ?!

Quelle plus belle(s) articulation(s) que l’épaule pour cultiver et développer la puissance de la pensée complexe telle qu’exposée par Mr MORIN depuis tant d’années ?

Quel plus beau terrain de jeu pour développer ses compétences en pensée systémique promue entre autres par Mr De ROSNAY?

C’est vrai que j’ai souvent « calé » sur des patients à l’épaule récalcitrante qui ne voulait pas rentrer dans le cadre très systématique du plan, qu’il soit sagittal, frontal ou transversal !!!

Mais ce n’est pas l’épaule qui est récalcitrante, c’est mon cerveau. Il peine à embrasser une approche systémique pourtant seul paradigme donnant accès au réel mode de fonctionnement de notre corps.

De l’enseignement sur les « Ramblas »

Vous voulez vous en convaincre alors laissez-moi vous raconter ce qui m’est arrivé sur les « Ramblas » de Barcelone il y a quelques années.

Mime du robot

Non loin de la statue de Christophe Colomb, tout en bas des Ramblas, proche de la mer, mon regard est attiré par un artiste qui danse de façon parfaitement saccadée, détachée, rigoureusement découpée en des gestes vifs, simples, selon des axes uniques ne semblant pas pouvoir, pas vouloir, se combiner. Cet artiste reproduit de façon saisissante le robot. Sa gestuelle est si parfaitement contre nature, que la performance apparait immédiatement virtuose.

Remontant l’allée grouillante de monde, je m’arrête un peu plus haut, devant une estrade, parfaitement circulaire, où une jeune artiste en robe noire et bustier rouge, juchée sur ses talons, castagnettes en paumes, nous régale d’un flamenco incendiaire.

Danseuse de Flamenco

La coordination de ses gestes semble parfaite. La pointe du pied se met en mouvement, concomitamment au frisson ascendant, qui parcours l’entièreté de son corps jusqu’à ses cheveux et même ses phalanges ! Cela ne laisse manifestement personne indifférent, à en juger par l’attroupement constitué autour de cette scène. Le corps apparait comme un tout, à la fois indivisible et d’une surprenante fluidité qui ne doit pourtant rien à la fragilité. …

Bon sang ! mais c’est bien sur !!

Ma formation de masseur-kinésithérapeute m’a produit, expert des mouvements analytiques, rompu à l’analyse des plans sagittaux, frontaux ou transversaux. Ma formation m’amène à considérer mes patients comme des robots !

Mais la vie, la réalité de la chair de mes patients est toute autre ! Elle relève clairement du flamenco, de la fluidité des « chaines » neuro musculaires, des « lemniscates » dans lesquelles s’inscrivent les mouvements par une combinaison subtile et unique, propre à chacun de nous, de tous les axes articulaires.

Découper, fragmenter, disséquer, systématiser pour aborder, appréhender le vivant c’est bien, c’est même nécessaire du point de vue didactique. Mais bien vite il faut remettre le combiné, le complexe, le systémique pour comprendre le vivant et ses éventuelles dysfonctions !

Nager dans le système …pour ne pas caler !

Alors oui, l’épaule avec ses 4 ou 5 articulations, sa vingtaine de muscles mais aussi son implication dans la logistique de la préhension, oui, cette épaule est un beau modèle pour plonger et nager dans le merveilleux océan du complexe, du systémique. Et, dès lors que nous savons nager dans ces eaux, tout devient plus confortable, de la démarche diagnostique jusqu’au traitement, tout est plus fluide, plus limpide, pour le plus grand bonheur de nos patients et plus égoïstement pour le plaisir dans nos pratiques

Peut seriez vous intéressé …?

Commentez ce post

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.