Blog EOS Formation

le billet d’humeur

J’ai mal au dos…vous avez une Lombalgie !

par | 27 Fév, 2022 | Musculo squelétique | 0 commentaires

Plutôt que de se réfugier derrière un terme pseudo technique simplement sorti d’une double étymologie Latine (lombus : Rein) et Grecque (algie : douleur), tachons de rester face à l’appellation de nos patients « j’ai mal au dos » et tentons de remonter au Pourquoi? Que se passe t’il ou que s’est il passé?

Nombre de thérapeutes savent depuis longtemps que si ça fait mal derrière (au dos) c’est souvent parce que ça « tire » devant (le ventre). De très nombreux protagonistes « devant » ou plutôt « dedans » peuvent effectivement être responsables directement de douleurs lombaires. Lorsque la causalité n’est pas directe, il se peut qu’un travail de sape « dedans » conduise un jour à un véritable accident ostéo-articulaire « derrière », dans le dos…le Lumbago, plus ou moins invalidant et durable selon l’ampleur de la déchirure ligamentaire.

Pour ce qui est du « dedans », les structures incriminées sont nombreuses. Parmi elles, citons la racine du mésentère (la corde à linges sur laquelle sont suspendus nos 6 mètres d’Intestin Grêle), Le Cœcum (la vanne de jonction entre Intestin Grêle et Gros Intestin), le colon Sigmoïde (avant dernière portion avant la sortie au niveau du rectum), le muscle Psoas et son environnement (impliqué systématiquement lors de lumbago aigues) mais aussi et surtout, dans le monde accéléré qui est le notre, le Muscle Diaphragme qui est très loin de ne servir « que » à respirer !

L’intimité du « dedans » et du « derrière » ne s’arrête pas là puisqu’elle est à double sens ! En effet, une dysfonction ostéo-articulaire entre le Sacrum (Fondation de notre colonne vertébrale) et les os du bassin peut provoquer à l’envie, des troubles du transit, des troubles urinaires mais aussi des perturbations dans les cycles chez vous mesdames ou des dysfonctions érectiles chez nous Messieurs. Effectivement, tous ces fondamentaux de notre vie, à savoir manger, digérer, exonérer d’un coté et se reproduire de l’autre, sont sous la responsabilité d’un système nerveux dit « autonome » ou encore « neurovégétatif ». Il se trouve que pour cette zone Pelvienne, ces nerfs qui nous font survivre et nous reproduire proviennent de la partie la plus basse du rachis: le Sacrum. Tout ce qui peut « coincer » ces nerfs à ce niveau retentira inéluctablement, à plus ou moins grande échelle, sur ces fonctions fondamentales. Pour donner un ordre d’idée, je suis amener à effectuer une normalisation des articulations Sacro-Iliaque de mes patients plus de la moitié du temps ! Certes ces dysfonctions Sacro-Iliaque très fréquentes ne s’accompagnent pas systématiquement des symptomatologies évoquées ci-dessus… mais ce peut être les prémices avant décompensation future.

Dés lors, il me apparaît important pour ne pas dire fondamental d’aborder la globalité du « dedans » et du « derrière » chez nos patients.

La bonne santé du « derrière » et du « dedans » ne peut se concevoir que simultanément. Il n’est pas concevable pour moi de lister et hiérarchiser les interactions entre notre « pile » et notre « face ». Sans cependant, rien concéder au hasard, je crois pouvoir dire que notre Diaphragme est l’acteur majeur de notre santé lombo-pelvienne. Je suis convaincu du bien fondé des campagnes publicitaires actuelles où il est préconisé de faire de l’exercice physique lorsqu’on à mal au dos. Mais il y a fort à parier que la composante la plus importante est l’essoufflement… en effet, qui s’essouffle encore aujourd’hui ? Je veux dire qui s’essouffle durablement sur au moins 1 heure par jour ?

Je pense avoir l’occasion de revenir sur ce Diaphragme dans quelques temps car il mériterai à lui seul qu’on lui consacre une édition spéciale .

En attendant heureuse santé à toutes et à tous.

Peut seriez vous intéressé …?

Commentez ce post

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.